Assez décodé !
Site de René Pommier
 


* Accueil
* Contact
 

....................Défense du libre examen

 

.......De tous temps les croyants ont essayé d'empêcher de s'exprimer ceux qui ne partageaient pas leurs croyances. Pendant des siècles, les chrétiens, et tout particulièrement les catholiques, n'ont pas hésité à faire appel à la contrainte en emprisonnant, en torturant et en mettant à mort les hérétiques et les incrédules. En plein XIXe siècle encore, le pape Grégoire XVI condamnait, dans l'encyclique Mirari vos, « cette opinion absurde et erronée ou plutôt ce délire, à savoir que doit être revendiquée pour chacun la liberté de conscience » et son successeur, Pie IX, devait réaffirmer cette condamnation avec plus d'insistance encore dans l'encyclique Quanta cura et le Syllabus. De nos jours, il est vrai, on peut sans aucun risque, du moins en France, dire tout le mal que l'on veut de la religion chrétienne. Mais il n'en est malheureusement pas de même du judaïsme et de l'islam. On peut être poursuivi en justice, voire condamné, si l'on se permet de critiquer l'islam ou de se moquer de certaines pratiques de la religion juive. Certes ! il ne s'agit encore que de cas exceptionnels. Mais les autorités religieuses juives et musulmanes voudraient bien, avec parfois l'appui d'organisations comme le Mrap, La Licra et la Ligue des droits de l'homme, généraliser ces poursuites et obtenir des pouvoirs publics l'interdiction de toute critique de leurs religions respectives. Et leurs tentatives en ce sens semblent parfois donner aux autorités chrétiennes l'envie de les imiter.

.......Mais, la France étant une république laïque qui, non seulement ne reconnaît aucune religion, mais garantit à chaque citoyen le droit de libre examen, les instances religieuses juives et musulmanes ne peuvent espérer arriver à leurs fins qu'en usant de subterfuges et en essayant de détourner la loi. On assiste ainsi depuis un certain nombre d'années à une tentative tous les jours plus impudente d'utiliser, grâce à de grossiers abus de langage, les principes humanistes de la république pour prétendre leur faire condamner cela même qu'ils ont pour mission de défendre, la liberté de pensée et d'expression. C'est au nom du respect dû à Dieu que les religions entendaient autrefois interdire aux incroyants de s'exprimer librement. Aujourd'hui c'est au nom des droits de l'homme. Autrefois on criait au sacrilège, on criait au blasphème; aujourd'hui on crie au racisme, on crie à l'intolérance.

.......Bien sûr ! l'hostilité envers une religion peut parfois relever du racisme. On ne saurait nier qu'un certain nombre de Français n'aiment pas l'islam, non pas parce qu'ils ont lu le Coran, mais parce qu'ils n'aiment pas les arabes. Mais prétendre que l'aversion pour l'islam se nourrit toujours ou presque toujours de racisme anti-arabe, comme le fait notamment M. Xavier Ternisien dans le Monde du 10 octobre 2003, relève du procès d'intention. Il cite le journaliste Nasser Negrouche pour qui l'islamophobie serait « une forme politiquement correcte et moralement acceptable d'un racisme antimaghrébin traditionnel, qui pousse ses racines dans le passé colonial français ». C'est certainement vrai, redisons-le, dans un assez grand nombre de cas, mais ce qui est vrai aussi, et sans doute plus souvent encore, c'est que beaucoup de musulmans ou d'islamophiles, pour ne pas dire la plupart d'entre eux, préfèrent penser que ceux qui critiquent l'islam le font parce qu'ils sont racistes plutôt que d'admettre qu'ils puissent le faire seulement parce qu'ils jugent la religion musulmane profondément obscurantiste. C'est là une réaction aussi habituelle que naturelle. Mon expérience de polémiste m'a appris que ceux à qui l'on reproche d'écrire, de dire ou de croire des sottises, ont beaucoup de peine à admettre que l'on puisse réellement et sincèrement penser qu'ils écrivent, qu'ils disent ou qu'ils croient des sottises. Certains, à l'instar de Roland Barthes, vont même jusqu'à se persuader qu'on leur reproche, en réalité, d'être trop intelligents. Quoi qu'il en soit, ils préfèrent généralement prêter à leurs censeurs des motivations autres que purement intellectuelles et se persuader qu'ils ont, en réalité des arrière-pensées peu avouables. L'amour-propre cherche toujours l'explication la plus flatteuse ou la moins blessante. Il est plus flatteur de se dire qu'on est victime de préjugés racistes plutôt que d'admettre qu'on vous reproche de croire à des stupidités ridicules.

.......Quoi que puissent dire les musulmans et les juifs religieux, il n'est pas besoin d'être anti-arabe pour être islamophobe ou d'être antisémite pour être judéophobe qu'il n'est besoin d'être anti-français ou anti-occidental pour être anti-chrétien. Personne ne songe à accuser de racisme anti-français tous les Français qui, comme moi, nés dans des familles chrétiennes, ont non seulement perdu la foi, mais affichent leur irréligion. Tout le monde sait bien, en effet, que ceux qui abandonnent la religion dans laquelle ils ont été élevés, ne renient pas pour autant leur famille et leur origine ethnique. Et, lorsque les juifs religieux assimilent systématiquement toutes les critiques de leur religion à de l'antisémitisme, ils oublient qu'à ce compte-là, bien des juifs seraient profondément antisémites. Ce serait notamment le cas de la plupart de mes amis juifs, rationalistes athées, qui, connaissant mieux que moi la religion juive, éprouvent sans doute pour elle encore plus d'aversion que moi. Bien qu'ils soient encore peu nombreux, il y a aussi des arabes qui sont très hostiles à l'islam, et qui, bien sûr, ne sont pas pour autant devenus anti-arabes.

.......Mais il n'est pas nécessaire d'être arabe ou juif pour avoir le droit de critiquer l'islam et la religion juive sans être accusé d'être anti-arabe ou antisémite. Beaucoup de français de souche sont hostiles à l'islam et à la religion juive et n'éprouvent pourtant aucun hostilité, aucune antipathie envers les arabes et les juifs. On peut s'avouer islamophobe non seulement sans être le moins du monde anti-arabe, mais en étant plutôt arabophile, comme M. Claude Imbert qui a été l'objet d'attaques aussi odieuses qu'absurdes. Je me sens, pour ma part, profondément, pleinement islamophobe. Or, bien que j'aie été envoyé en Algérie pour participer aux opérations dites de maintien de l'ordre, comme la plupart des gens de ma génération, je n'éprouve aucun ressentiment anti-arabe. Loin d'avoir été un défenseur de l'Algérie française, j'ai été dès le début partisan d'une indépendance que je jugeais de toute façon inéluctable. Mon islamophobie ne se nourrit que de mon aversion pour l'islam qui n'est elle-même qu'une des facettes d'une aversion générale qui englobe toutes les religions, tous les mouvements sectaires, et, bien sûr, l'astrologie et toutes les formes d'obscurantisme. Pour être islamophobe, comme pour être judéophobe, il n'est nul besoin d'être raciste, il suffit d'être rationaliste.

.......De nos jours, hélas ! il n'est nullement nécessaire d'être raciste pour être considéré comme tel. Autrefois, pour être accusé de tenir des propos racistes, il fallait effectivement tenir des propos à caractère raciste, c'est-à-dire affirmer la supériorité ou l'infériorité des individus de telle ou elle origine ethnique. De nos jours, il suffit d'exprimer une opinion susceptible de déplaire à un groupe d'individus qui partagent telle ou telle croyance, telle ou telle opinion, tel ou tel goût ou telle ou telle pratique, mais qui peuvent avoir, par ailleurs, les origines ethniques les plus diverses. Dans certains cas, il est vrai, l'accusation de racisme peut n'être que la formulation maladroite, parce que littéralement impropre, d'une condamnation au demeurant fondée. Il est ainsi tout à fait impropre d'accuser ceux qui tiennent des propos homophobes de racisme anti-homosexuel, puisqu'il y a et qu'il y a toujours eu des homosexuels de toutes origines ethniques. Mais on ne choisit pas plus sa sexualité qu'on ne choisit son origine ethnique. Il est donc aussi stupide de condamner ou de mépriser une personne à cause de son homosexualité que de la condamner ou de la mépriser à cause de son origine ethnique. De le même façon, s'il est évidemment impropre de parler de racisme anti-jeunes ou de racisme anti-vieux, il n'en est pas moins stupide de dénigrer quelqu'un à cause de son âge, puisqu'on ne le choisit pas et que tout homme commence par être jeune et finit par devenir vieux, s'il vit assez longtemps.

.......Mais, le plus souvent, quand une accusation de racisme est littéralement impropre, elle est en même temps totalement injuste. Ainsi, quand les non-fumeurs reprochent aux fumeurs non pas tant de fumer que de les enfumer, ils se voient de plus en plus souvent accusés de racisme anti-tabac. Pourtant non seulement les fumeurs ne constituent pas une race, puisqu'il y a des fumeurs de toutes couleurs de peau et sous tous les climats, mais un fumeur, s'il ne peut changer de couleur de peau, peut toujours cesser de fumer, même si cela lui est parfois très difficile, et surtout cesser d'enfumer les autres. Celui qui lui reproche de l'enfumer est donc pleinement fondé à le faire. Reconnaissons-le cependant ! si ridicule que puisse être l'accusation de racisme-anti-tabac, elle ne tire guère à conséquence. L'on n'a encore jamais vu, et l'on n'est heureusement pas prêt de voir un fumeur poursuivre quelqu'un en justice pour racisme anti-tabac.

.......Il n'en va malheureusement pas de même pour l'accusation de racisme anti-religieux. Cette accusation repose, bien sûr, elle aussi sur un grossier abus de langage. Assimiler systématiquement l'hostilité à une religion à du racisme est évidemment absurde puisque toutes les grandes religions ont des adeptes de toutes origines ethniques et dans tous les pays et que toutes les ethnies un peu importantes comptent des individus qui ont d'autres religions que la religion dominante ou n'en ont pas du tout. Certes l'immense majorité des croyants, pour ne pas dire la quasi totalité, n'ont pas choisi leur religion qui est presque toujours celle dans laquelle ils ont été élevés. On peut donc dire que l'on naît chrétien, juif ou musulman comme on naît blanc, jaune ou noir. Mais, si l'on ne peut changer la couleur de sa peau, on peut toujours changer de religion ou, ce qui est, d'ailleurs infiniment plus fréquent, décider de s'en passer. Tous les hommes disposent, en effet, d'un cerveau d'homo sapiens et, s'il ne nous permet pas de savoir si notre existence a un sens et lequel, un cerveau d'homo sapiens nous permet du moins, et cela sans grand effort, de nous rendre compte de la parfaite ineptie des dogmes et des croyances de quelque religion que ce soit.

.......Ceux qui ont inventé l'étrange notion de racisme anti-religieux, prétendent que critiquer une religion revient à dénigrer, voire à insulter ceux qui la pratiquent ou à tout le moins à faire preuve d'intolérance à leur égard. Et certes ! en dénonçant l'absurdité des croyances religieuses, l'incrédule met nécessairement en cause, qu'il le dise ou non, qu'il l'admette ou non, la lucidité, le sens logique et donc l'intelligence de ceux qui partagent ces croyances. On peut pas penser que la foi chrétienne est un tissu de stupidités incohérentes et que cependant le chrétien fait preuve d'intelligence en y adhérant. Croire à des sottises ne saurait jamais être un signe d'intelligence. Mais l'incrédule ne considère pas pour autant qu'un croyant est nécessairement un imbécile. Comment le pourrait-il ? Les croyances religieuses sont tellement absurdes que logiquement tous les croyants devraient être de parfaits abrutis qui n'auraient jamais dû réussir à apprendre à lire et à compter. Or ce n'est évidemment pas le cas. Non seulement tous les croyants ne sont pas les débiles profonds que, semble-t-il, ils devraient tous être, mais il y a chez eux, comme chez les incroyants, à côté d'un certain nombre d'imbéciles et d'esprits médiocres, beaucoup d'individus incontestablement intelligents, et souvent très intelligents, voire de très grands esprits. Tous les incroyants connaissent des croyants qui sont globalement plus intelligents qu'eux, même s'ils semblent renoncer à se servir de leur intelligence quand il s'agit de leur foi. L'incrédule peut très bien admirer un croyant, et l'estimer plus qu'il ne s'estime lui-même.

.......Cela ne l'empêche pas pour autant de penser que le croyant raisonne comme un tambour lorsqu'il veut défendre sa foi. Et on ne saurait lui contester le droit de le dire sous prétexte que ce serait faire preuve de racisme. Si contester une opinion ou une croyance constituait un acte de racisme envers ceux qui la partagent, alors on ne pourrait plus critiquer aucune opinion ni aucune croyance sans tomber dans le racisme. Il n'y a, en effet, d'opinions et de croyances que parce qu'il y a des gens qui les partagent. Toutes les opinions, toutes les croyances seraient donc également respectables, toutes seraient sacrées, toutes seraient intouchables. Ce ne serait pas seulement les religions que l'on n'aurait plus le droit de critiquer, sous peine d'être accusé de racisme anti-religieux, mais les sectes de toutes sortes, l'astrologie, la parapsychologie, les voyants etc. qui brandiraient alors contre leurs détracteurs, en lui donnant, bien sûr un autre nom, l'accusation de racisme anti-obscurantiste. On n'aurait même plus le droit de condamner le nazisme, car, outre que l'idéologie nazie compte encore quelques adeptes, ce serait insulter à la mémoire de millions d'allemands qui l'avaient applaudie avec tant d'enthousiasme et donc faire preuve de racisme anti-nazi. On n'aurait enfin plus le droit de condamner le racisme, car ce serait se rendre ainsi coupable d'une forme de racisme de plus en plus répandue, et peut-être la plus perverse de toutes, le racisme anti-raciste. Et comme, manifestement, il y a dans le monde beaucoup plus de racistes qu'il n'y a de Juifs, il faudrait enfin se rendre à cette évidence que l'on a jusqu'ici refusé de regarder en face, à savoir que le racisme anti-raciste fait beaucoup plus de victimes que l'antisémitisme et devrait, pour cette raison, être dénoncé et combattu avec plus de vigilance encore.

.......A cet usage abusif et absurde d'une notion de racisme devenue si élastique qu'elle perd toute signification et se détruit elle-même, ceux qui prétendent restreindre, voire interdire, l'exercice du libre examen, ajoutent généralement l'usage non moins abusif et absurde de la notion de tolérance. Dans les siècles passés, c'étaient les incrédules, les hérétiques, victimes des persécutions catholiques, qui brandissaient vainement l'étendard de la tolérance. L'Eglise, quand elle était toute puissante, avait ce mot en horreur. Quiconque le prononçait, était aussitôt catalogué comme un hérétique ou un libertin, un ennemi de Dieu et de la vraie religion. Le très mauvais jeu de mots de Paul Claudel, digne de ceux de Jean-Marie Le Pen : « La tolérance ? Il y a des maisons pour ça », témoigne encore en plein vingtième siècle de la profonde aversion que la pensée catholique a si longtemps nourrie pour un principe dont Voltaire a été le plus illustre défenseur. Il est donc particulièrement piquant de voir l'Eglise brandir maintenant le flambeau de la tolérance.

.......Mais, si la religion reprend maintenant le flambeau de la tolérance que brandissaient autrefois les incrédules, c'est dans une perspective bien différente, pour ne pas dire diamétralement opposée. Ce que réclamaient, ce que revendiquaient tous ceux qui au XVIIe ou au XVIIIe siècle invoquaient la tolérance, c'était la liberté de pensée et d'expression. Ils voulaient avoir le droit de croire ou de ne pas croire, de parler et d'écrire librement. Ce que réclament, ce que revendiquent aujourd'hui au nom de la tolérance les porte-paroles des religions, ce n'est pas le droit, que personne ne leur conteste, de s'exprimer eux-mêmes librement, mais bien d'interdire à ceux qui ne pensent pas comme eux de le faire. La tolérance n'est plus invoquée pour défendre la liberté d'expression, mais pour essayer de légitimer la censure.

.......S'il y avait vraiment quelque chose de surnaturel dans l'histoire des religions, ce serait leur culot. Car ce qu'elles voudraient maintenant interdire au nom de la tolérance, c'est ce qu'autrefois elles interdisaient sous peine de d'emprisonnement, de torture ou de mort. Pendant des siècles elles ont eu recours à la violence pour faire taire les impies et la religion musulmane ne se gêne pas pour continuer à y recourir dans tous les pays où règne la loi islamique. Aujourd'hui, là où elles ne peuvent plus faire taire les impies en employant la violence, elles voudraient les faire taire au nom de la tolérance.

.......Si l'on ne peut critiquer une croyance sans faire preuve d'intolérance à l'égard de ceux qui partagent cette croyance, ce ne seront plus seulement les grands dogmes religieux, les croyances générales auxquelles doivent adhérer tous les fidèles d'une religion, mais les croyances particulières, marginales, celles que les autorités religieuses ne reconnaissent pas officiellement ou même qu'elles condamnent, mais toutes les superstitions, fussent-elles les plus farfelues, qui pourront prétendre échapper à toute contestation. On ne pourra plus nier des faits dont la fausseté sera pourtant clairement établie par les témoignages historiques les plus irrécusables ou par les expériences scientifiques les plus décisives. On n'en est certes pas encore là et on n'en viendra sans doute jamais là. Pourtant on peut parfois lire des propos effarants qui pourraient nous le faire craindre. Ainsi le Bulletin des lettres a publié il y a deux ou trois ans, un article dans lequel un de ses collaborateurs s'indignait que l'on pût dire que le suaire de Turin était un faux, alors que beaucoup de gens l'ont cru et le croient encore authentique. C'était, selon lui, faire preuve d'intolérance à leur égard. Mais, si tel était le cas, le premier à avoir preuve d'intolérance dans cette affaire a été l'évêque de Troyes qui, lorsque le suaire est apparu dans son diocèse, a condamné ce qu'il considérait comme une imposture. Quant à son successeur, il a poussé l'intolérance jusqu'à mener une enquête qui lui a permis de retrouver le faussaire et d'obtenir ses aveux. Le pape Clément VII a, lui aussi, fait preuve d'une grande intolérance en n'autorisant, en 1389, l'ostension du suaire qu'à la condition expresse que « les fidèles seront avertis à haute et intelligible voix que ce n'est pas le vrai suaire qui a enveloppé le corps du Seigneur ». Et que dire de l'intolérance sectaire du carbone 14, qui, reprenant la thèse soutenue depuis longtemps par les mécréants, a décrété que le suaire ne datait pas de l'époque de Jésus-Christ, mais seulement de celle où il est apparu, le milieu du quatorzième siècle ?

.......La tolérance consiste à admettre que les autres puissent exprimer leurs opinions, même quand elles nous déplaisent. Il est donc pour le moins paradoxal de prétendre les empêcher de le faire, sous prétexte qu'ils feraient ainsi preuve d'intolérance. Si un chrétien, un juif ou un musulman ont le droit, et personne ne songe à le leur contester, de dire tout le bien qu'ils pensent de leur religions respectives et notamment de prétendre qu'elles ont été instituées par Dieu, les incrédules doivent avoir le droit de dire tout le mal qu'ils en pensent, eux, et notamment d'affirmer qu'elles sont une insulte à l'intelligence humaine. Les premiers ont le droit de nous présenter leurs croyances comme des vérités éternelles et divines; les seconds doivent avoir le droit de les regarder comme un tissu de stupidités anachroniques et de le dire sans ménagement. Les premiers ont le droit de nous dire que les auteurs de la Bible ont été inspirés par Dieu et qu'Allah a dicté le Coran à Mahomet par le truchement de l'ange Gabriel. Les seconds doivent avoir le droit qu'ils n'en croient rien, et que, si cela était, il faudrait en conclure que Dieu et Allah sont aussi débiles que cruels, Allah, de plus, étant probablement atteint de la maladie d'Allzheimer, car on a sans doute jamais rabâché autant que lui. On ne pourrait envisager de demander aux incroyants de se taire ou, du moins d'avoir recours à la litote, que si les croyants commençaient par en faire autant. Pour ma part je n'envisagerai de renoncer à employer les termes de sottises, de stupidités, d'absurdités, de sornettes, de balivernes, de fariboles ou de foutaises pour qualifier les croyances religieuses, termes que je n'emploie que parce qu'ils me paraissent être les seuls vraiment adéquats, que le jour où les croyants cesseront nous dire, eux, que leurs doctrines sont divines, célestes, sublimes, saintes, sacrées ou surnaturelles.

.......En attendant, chacun doit avoir le droit d'exprimer son opinion en toute liberté, ce qui implique que chacun doit reconnaître le même droit aux autres. Mais cela n'implique aucunement de tomber dans le relativisme et de se dire que l'opinion de ceux qui ne pensent pas comme nous est aussi valable que la nôtre. Il est naturel, il est normal, au contraire, quand on est arrivé à avoir sur un sujet que l'on connaît bien une opinion arrêtée et que l'on croit fondée, de penser que ceux qui ont une opinion différente sont dans l'erreur. Il est naturel, il est normal de le regretter. Mais ce n'est pas une raison pour leur demander de se taire ou pour essayer de les y contraindre. Tout ce qu'on a le droit de faire, c'est d'essayer de les convaincre.

.......Si les croyants pensent que les incrédules ont tort, et il est normal, il est naturel qu'ils le pensent, plutôt que de tenter de leur imposer silence, ils devraient tenter de leur démontrer que ce sont eux qui ont raison. On comprend mal qu'ils préfèrent éviter le débat en essayant d'obtenir que les incrédules se taisent, alors qu'ils devraient logiquement se sentir en position de force et être certains d'avoir aisément le dessus. Si leurs « vérités » sont, comme ils l'affirment, d'origine divine, si elles sont effectivement fondées sur des livres que Dieu lui-même a inspirés ou dictés, si tant de leurs mystiques ont réellement été en communication plus ou moins régulière avec Dieu, ils bénéficient, en effet, d'un avantage considérable sur les incrédules, qui ne disposent, eux, d'aucune assistance surnaturelle, et doivent se contenter d'un simple cerveau humain. Loin de redouter la discussion, loin d'éviter la controverse, les croyants devraient, au contraire, les rechercher, ils devraient se montrer sans cesse impatients d'entendre les critiques et les objections des incrédules pour jouir ensuite du plaisir de les réduire en poussière, de retourner contre eux tous leurs misérables arguments fondés sur une logique purement humaine, d'en faire éclater l'inanité et le ridicule. Au lieu de demander aux incrédules de se taire, ils devraient les pousser sans cesse à s'exprimer, les inviter à exposer à loisir leurs objections, les inciter à développer longuement leurs arguments, assurés de pouvoir ensuite en un instant les tailler en pièces, renverser comme des châteaux de cartes toutes leurs démonstrations, balayer comme des fétus de paille tous leurs raisonnements et les acculer bien vite à reconnaître leur défaite.

.......Ils devraient se dire enfin que, de toute façon, même si les incrédules refusent de se laisser convaincre et persistent dans leurs errements, ils seront bien forcés, au jour du Jugement, de reconnaître qu'ils s'étaient trompés. Le triomphe des croyants alors sera total et ils auront toute l'éternité pour savourer leur triomphe. Ils devraient donc n'être guère affectés par les sarcasmes fugaces et les blasphèmes éphémères des incrédules, et se résigner aisément à leurs ricanements dérisoires et leurs pitoyables haussements d'épaules. Mais ils ont beau dire que notre vraie patrie n'est pas ici-bas, que la vraie vie ne commence qu'après la mort, c'est ici-bas, c'est de leur vivant qu'ils voudraient imposer silence aux incrédules. Ils ont beau dire que la durée de la vie humaine n'est rien par rapport à l'éternité, ils n'ont pas la patience d'attendre jusque-là.

.......Pourtant les incroyants peuvent d'autant moins accepter de ne pas s'exprimer ici-bas qu'ils n'ont, eux, aucun espoir de pouvoir le faire ailleurs. Bien loin d'avoir, comme les croyants, toute l'éternité pour triompher, s'ils ont raison, ils n'auront aucun moyen d'obtenir de ceux-ci qu'ils admettent leur erreur. Si, comme ils le pensent, il n'y a rien après la mort, ils seront bien en peine d'obliger juifs, chrétiens et musulmans à reconnaître que Christ n'est pas ressuscité, non plus qu'Abraham, Isaac et Jacob, non plus que Moïse, non plus que Salomon, non plus que David, non plus que saint Pierre, non plus que saint Paul, non plus que Mahomet, non plus que saint Siphonné ou saint Demeuré, non plus qu'eux-mêmes.

.......On ne pourrait commencer à songer à demander aux incroyants de se taire ou, du moins d'avoir recours à la litote, que si les croyants en faisaient autant. Et certes ! les chrétiens d'aujourd'hui tendent à être de moins en moins dogmatiques, au point que les incrédules sont de plus en plus souvent obligés de leur rappeler à quoi ils sont censés croire. Beaucoup, en effet, ne croient plus du tout au péché originel, qui est pourtant la clé de voûte de la foi chrétienne; ils ne croient plus non plus que Marie était vierge; certains ne croient même plus que le Christ est le fils de Dieu et Dieu lui-même : ils ne croient plus guère qu'une seule chose, à savoir que « Christ est ressuscité » et qu'ils iront le rejoindre au Ciel après leur mort. Ils ne croient plus, et encore tant bien que mal, qu'à la seule chose à laquelle ils ne peuvent pas se résigner à ne plus croire, à savoir que la vie continue après la mort.

.......En même temps que les chrétiens sont devenus moins assurés de leur foi, ils sont devenus incontestablement beaucoup plus conciliants à l'égard des incrédules. Le regard que les chrétiens, à l'exception peut-être de quelques intégristes, portent aujourd'hui sur les incroyants, est heureusement fort éloigné de celui que Bossuet et les dévots du XVIIe siècle portaient sur eux. Le mépris haineux pour « les esprits forts », considérés comme des êtres foncièrement insensés et immoraux, a laissé la place à une sorte d'indulgence, voire de sympathie. Non content de ne plus condamner tous les incrédules à l'enfer, auquel, il est vrai, ils ne croient plus guère, les chrétiens leur promettent volontiers qu'eux aussi iront au paradis, même s'ils ne seront sans doute pas aussi bien placés que les croyants. Il est vrai enfin que les chrétiens qui, au cours des siècles passés, ont emprisonné, torturé et mis à mort tant de sorcières, d'hérétiques et d'incrédules, qui se sont livrés à tant d'horribles massacres lors des Croisades, de la conquête du Nouveau Monde ou des guerres de religion, ont non seulement renoncé à la violence, mais maintenant œuvrent volontiers en faveur de la paix. Bertrand Russell qu'on ne pouvait suspecter de complaisance envers la religion chrétienne admettait déjà qu'elle était « devenue salutaire à bien des égards ».

.......Cela étant, les incrédules pourraient donc être aujourd'hui plus disposés, sinon à taire toutes leurs critiques à l'égard de la religion chrétienne, du moins à les formuler avec plus de ménagement. Et, de fait, certains d'entre eux, notamment à l'Union rationaliste, pensent non seulement, qu'il n'y a plus lieu de combattre une religion devenue quasi totalement inoffensive, mais qu'en ce faisant, on risque de renforcer au sein de l'Eglise le courant conservateur et donc de remettre en cause ou, à tout le moins, de freiner une évolution dont les incrédules ne peuvent, somme toute, que se féliciter.

.......Je ne partage pourtant pas ce sentiment, tout en reconnaissant que le combat anti-chrétien n'a plus le même caractère de nécessité et d'urgence que dans le passé. Mais les incrédules que l'Eglise a tout fait pour réduire au silence pendant tant de siècles ont un grand retard à rattraper. Ils ne peuvent oublier la tyrannie criminelle que l'Eglise a exercée si longtemps aussi vite, aussi aisément qu'elle le fait elle-même, et ils ne doivent pas l'oublier sous peine de trahir la mémoire de tous ceux qui en ont été pendant tant de siècles les victimes. Il me semble qu'avant de demander aux incrédules de taire leurs critiques ou seulement de leur mettre un bémol, l'Eglise devrait avoir la décence d'attendre au moins quelques siècles encore.

.......L'Eglise n'a, au contraire, pas plutôt commencé à reconnaître aux incrédules le droit de s'exprimer librement qu'elle les a invités à se taire. Tout se passe comme si elle pensait qu'en leur ayant concédé le droit de la critiquer, elle s'était acquis le droit de leur demander de ne pas le faire. Selon elle, les incrédules devraient être trop contents qu'on ne leur interdise plus de dire ce qu'ils pensent pour continuer à le faire plus longtemps. L'Eglise estime qu'ayant prouvé sa tolérance en reconnaissant aux incrédules le droit de la combattre, c'est à eux à se montrer à leur tour tolérants en s'abstenant de l'exercer.

.......Tant que l'Eglise continuera à prétendre être en droit de demander aux incrédules de se taire, ils ne se sentiront, pour cela même, aucunement disposés à le faire. Pour qu'ils pussent commencer seulement à envisager de se taire ou du moins d'avoir recours à la litote, il faudrait que l'Eglise changeât complètement de ton, qu'elle cessât de réclamer, d'exiger ce qui ne lui est aucunement dû, qu'elle se montrât, au contraire, très humble, et, faisant appel à leur indulgence, qu'elle le leur demandât comme une faveur qu'elle reconnaîtrait être totalement imméritée. Mais on n'en est pas encore là, et, en attendant, la monstrueuse impudence dont fait preuve l'Eglise lorsqu'elle invoque les droits de l'homme qu'elle a tant violés dans le passé et la tolérance qu'elle a si longtemps combattue, pour essayer de faire taire les incrédules, ne peut que les inciter encore davantage à conserver toute leur liberté de parole et à rester vigilants.

.......Il serait donc, me semble-t-il, inopportun et, en tout cas, prématuré de renoncer à critiquer le christianisme. Mais il est vrai, redisons-le, que la religion chrétienne, même si elle peut avoir encore un rôle parfois très néfaste dans certains domaines (l'absurde condamnation de la contraception contribue dans certains pays à favoriser la propagation du sida), ne constitue plus une véritable menace pour les valeurs humanistes. En vieillissant elle s'est incontestablement bonifiée, mais c'est parce qu'en vieillissant, elle s'est considérablement affaiblie. Si elle s'est assouplie de plus en plus, si elle s'est adoucie de plus en plus, c'est parce que, de plus en plus, elle s'est mise à douter d'elle-même; si elle s'est beaucoup rapprochée des valeurs humanistes qu'elle avait tant combattues, c'est parce qu'elle est malade et sans doute même moribonde, bien que l'agonie puisse durer encore très longtemps.

.......Mais à la différence de la religion chrétienne, trop peu sûre d'elle-même maintenant pour être encore oppressive, d'autres religions ont gardé intacte leur capacité de nuisance, faute d'avoir subi une évolution comparable, et restent hélas ! terriblement tyranniques et profondément néfastes. C'est le cas de la religion juive qui maintient les femmes sous une tutelle insupportable et qui a une grande responsabilité dans la prolongation de l'interminable conflit israélo-palestinien. C'est aussi et plus encore le cas de la religion hindouiste qui fait perdurer l'odieux système des castes. C'est enfin et surtout le cas de la religion musulmane qui est sans doute aujourd'hui dans le monde la plus calamiteuse de toutes.

.......Et c'est aussi naturellement celle qui supporte le moins bien la critique, celle qui crie le plus quand on ose la mettre en cause. Il convient donc de ne pas se laisser intimider par les accusations de racisme et d'intolérance qu'elle ne lance contre ceux qui dénoncent son fanatisme et son obscurantisme que faute de pouvoir employer la violence. Il ne faut surtout pas s'effrayer de ce mot d'islamophobie dont elle essaie de faire un épouvantail pour décourager la contestation. L'islamophobie n'est pas une tare dont on doit avoir honte; ce n'est pas une pathologie qu'il vaudrait mieux cacher : c'est, au contraire, la réaction naturelle, saine et légitime de tous ceux qui sont attachés aux valeurs de l'humanisme laïque et rationaliste lorsqu'ils découvrent l'islam.

.......Tous les musulmans ne partagent sans doute pas toutes les opinions de l'Ayatollah Khomeiny. Toujours est-il qu'il a été la figure de proue de l'islam dans le dernier quart du vingtième siècle et que sa mémoire est toujours vénérée par un grand nombre de musulmans. Aussi, lorsqu'on lit sous sa plume que l'homme et la femme non musulmans sont impurs au même titre que l'urine, l'excrément, le chien, le porc et la sueur du chameau mangeur d'excréments humains, il est pour le moins difficile de ne pas concevoir aussitôt, quand on n'est pas musulman, une vive antipathie pour la religion dont un tel individu a été de son vivant le principal phare et reste une des grandes lumières. Mais il n'est pas besoin de lire l'Aytollah Khomeiny ou d'autres grands allumés d'Allah, il suffit de lire le Coran Car, si tous les musulmans ne lisent pas l'Ayatollah Khomeiny, tous lisent le Coran. Or, comment peutÐon s'étonner, comment peut-on s'indigner que l'islam puisse susciter chez les non musulmans et tout particulièrement les incrédules une profonde aversion, alors que le Coran exhale à toutes les pages la haine des infidèles, la haine de tous ceux qui se refusent à croire que Dieu ait pu dicter à Mahomet les propos débiles et incroyablement répétitifs qu'il oser lui prêter ? Comment peut-on demander aux incrédules de respecter une religion fondée sur un prétendu livre saint qui leur promet, presque à toutes les pages et le plus souvent plusieurs fois par page, un châtiment terrible et éternel, qui les voue au feu ardent de la géhenne non pas une fois, non pas dix fois, non pas cent fois, mais des centaines et des centaines de fois ?

.......Critiquer et combattre les religions est et restera toujours pour les incrédules non seulement un droit inaliénable, mais un devoir impérieux tant que ces religions resteront oppressives. Et elles ne peuvent mieux les inciter à le faire qu'en osant invoquer les droits de l'homme au secours de Dieu, qu'en osant se réclamer des Lumières pour défendre l'obscurantisme, qu'en osant brandir l'étendard de la tolérance contre le libre examen, et qu'en osant prétendre lutter contre le racisme quand elles cherchent à perpétuer l'asservissement.

 

Haut de page

Retour à l'Accueil